En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Interview de Robert Sorabella, président du club des Résolus Bois Roulant
le 02-03-2021
par Fabien Amar
Annulée en 2020 et reportée en 2021, la 68ème édition de la Targa d'Oro Alassio espère désormais se tenir les 09 et 10 octobre 2021. Le tournoi serait alors le prélude à une autre organisation d'envergure : le Mondial Féminin, qui pourrait être programmé du mardi 12 au dimanche 17 octobre 2021.
La compétition se tiendrait également dans la cité ligurienne. Les circonstances sanitaires actuelles imposent le conditionnel dans les propos. Mais les organisateurs espèrent un retour à la normale, qui permettrait aux spectateurs de venir en nombre dans le "Palaravizza" pour assister à deux spectacles exceptionnels.

Après avoir donné la parole aux joueurs italiens de légende, le site officiel de la compétition donne la parole aux protagonistes français. Ils sont plus d'une dizaine de joueurs français et deux joueurs étrangers ayant évolué en France, à avoir inscrit leur nom au palmarès de la prestigieuse compétition. Ils seront à l'honneur sur boccealassio.it, pour des entretiens bimensuels, publiés tous les quinze jours. De Robert Sorabella, président des Résolus Bois Roulant, premier club français à avoir emporté la Targa d'Oro, à Xavier Challamel, capitaine de Rumilly, dernier vainqueur en date du tournoi international, vous retrouverez de grands noms du Sport Boules français.
Ces interviews seront également publiées sur le site fédéral.
Ce compte à rebours vous accompagnera jusqu'au début du mois d'octobre avec d'ici là, on l'espère, un retour à la normale pour les boules.

Pour ce premier entretien, nous vous proposons cette interview revisitée de Robert Sorabella, président du club des Résolus Bois Roulant à Nice. Une interview déjà publiée sur le site fédéral en août 2020 et consultable en version italienne sur le site officiel à partir de ce lien.

Robert Sorabella est le président du club des Résolus Bois Roulant, un club cher à tous les Niçois. Il s’efforce avec sa formidable équipe de conserver le prestige de ce club. Il a succédé en 1997 à l'emblématique Président Roger Dabezies qui a assumé pendant vingt ans, jusqu'a sa mort, un travail considérable, menant le club au niveau le plus haut. Les Résolus Bois Roulant sont "à jamais les premiers" : les premiers à avoir inscrit le nom du club au palmarès de la prestigieuse Targa d'Oro. C'était en 1954, quand 'la storia è iniziata"...Robert Sorabella évoque avec amour son club et cette splendide compétition italienne.

Robert Sorabella, président des Résolus Bois Roulant, est un dirigeant impliqué et un bouliste accompli

Tout d'abord, nous prenons de vos nouvelles en cette période de confinement ?

Depuis le début, soit le mardi  17  mars 2020, je demeure chez moi, où je vaque à quelques travaux de réfection le matin, l'après midi traîne en longueur. Mais je suis en bonne santé, ainsi que ma petite famille, c'est là l'essentiel.

Pouvez-vous nous présenter le club des Résolus Bois Roulant ?

Ce club cher à mon coeur, crée l'an 1906, au sein duquel  j'occupe la fonction de Président depuis 1999. Il est auréolé par  la présence passée au sein de celui-ci de joueurs de très haut niveau, avec notamment des joueurs de renommé mondiale,  tels que : Gallaratto, Imbert, Morer, Ferrari et plus récemment Riva, Fernandez, Forestier, Augier ou encore Ciocala, pour ne citer qu'eux.

Avec tous ces champions, nous pouvons affirmer sans conteste possible que les Résolus Bois Roulant ont atteint leur apogée avec l’équipe reine composée de Gallaratto, Teisseire, Lanzi et Michel, à laquelle l’on peut rajouter de grands noms tels : Marty, Morer, Imbert, Rossi, Tranchero, ...Le palmarès de ces joueurs est éloquent : ils ont été vainqueurs de toutes les grandes classiques françaises et étrangères.
 
Quelle est son histoire ? Et comment vit-il ?

Les Résolus de France furent fondés en 1906 et la fusion avec le Bois Roulant eu lieu en 1911. En 1906, dès sa première année d’existence, sous la présidence de Monsieur BAUD, les Résolus de France enlèvent le titre de champion de France de Boules en USFA. Cette société pratiquait, outre le jeu de boules, le tir à la carabine, le tir à l’arc et le jeu de Dames.

Le club est situé sur la partie basse de Cimiez, un quartier de Nice, dans un cadre enchanteur, avec six jeux, un club- house, des bureaux ainsi qu'un sympathique  jardin d'agrément. Notre entraînement s'effectue trois jours par semaine. Nous sommes en compétition le week end, avec un minimum de huit joueurs à chaque déplacement.

Actuellement l'effectif est de 30 joueurs, dont une vingtaine participe régulièrement aux diverses épreuves départementales et nationales. Nous comptons parmi nos joueurs des éléments de valeur. Le club s'énorgueillit d'avoir gagné championnat du monde, championnats de France, championnat des AS, Bellecour,...

La moyenne d'âge est de l'ordre de 50 ans. Nous organisons des soirées auxquelles participent nos épouses.. Je suis entouré de collaborateurs extraordinaires, qui effectuent un  bénévolat  de tout premier ordre.

Ge Gallaratto (photo museedelaboule.com)

Le club a une histoire intime avec la Targa d'Oro : les RBR sont à jamais les premiers ! Avec une victoire en 1954, pour la première édition de la compétition. Une fierté ?

Oui je l' avoue : je suis fier de cette victoire,  la première Française, et qui plus est par Gé Gallaratto. Les anciens du club, aujourd'hui disparus, nous relataient ses exploits, dont l'un qui fait référence à son adresse diabolique : il s'entrainait à tirer sur des billes et sur des têtes d'épingle. Le site des Tournois Boulistes de Pentecôte rapporte qu'en "1959, 1959, ce fut l'année de la plus grande ovation du public pour Gé GALLARATTO qui disputait son dernier Bellecour. Lorsqu'il eut perdu sa partie, tous les spectateurs, debout, lui dédièrent une ovation de presque 10 minutes, témoin de l'immense popularité que ce champion d'exception avait dans le coeur de tous les joueurs de boules. Plus jamais un tel mouvement spontané de foule n'eut lieu pour un bouliste aussi grand soit-il".

Que représente la Targa d'Oro pour les joueurs des Alpes Maritimes ?
La Targa d'Oro est une institution dans notre département. Qui n'a pas participé ignore la magnificence de cette compétition, avec ses innombrables joueurs italiens : le talent, l'adresse et le mordant de la victoire en font le succès.

À mon  sens c'est la plus belle compétition bouliste italienne, car elle permet de voir évoluer les  joueurs les plus titrés de la péninsule. A noter que  quelques équipes françaises y participent et nous avons été heureux de saluer la victoire de l'une d'entre elles l'année dernière. La Targa d'Oro, c'est la fête bouliste que l'on peut comparer à Bellecour en France.

As-tu toi même joué à la Targa d'Oro ? Si oui, quel est ton meilleur souvenir ? Et ton pire souvenir ?

Oui, j'ai eu l' immense plaisir de m'y rendre  trois fois, avec de grands joueurs, dont Jean Claude Riva et Patrick Forestier pour ne citer qu'eux. Nous avons perdus aux sixièmes parties.

Mon meilleur souvenir  avoir jouer contre  Aveta et Risso. Mon pire souvenir  deux défaites : contre Julien Martinez, un français et contre Pierro Amério.

Le Président Robert Sorabella lors de l'édition 2013 de la Targa d'Oro

2013 est une année qui a marqué le club ?

J"ai été invité par les dirigeants de la Targa d'Oro en qualité de Président. J'avoue en  avoir tiré  une certaine fierté. Je devais à cette occasion faire un discours en italien pour commémorer la victoire des Résolus Bois Roulants en 1954. Cela en la présence de la fille du grand Gé Gallaratto, des organisateurs et de la Miss de l'année.  

Nous sommes depuis jumelés avec le club d'Alassio. A cette occasion et pour concrétiser l'amitié résidant entre la ville de Nice et celle d'Alassio, le Maire de Nice a offert un splendide Aigle qui a ravi le Président.

Que souhaites-tu à la Targa d'Or pour les années à venir ?


Je souhaite aux organisateurs mes plus vifs encouragements afin qu'elle perdure, malgré les événements tragiques que nous subissons. Pour les années à venir, j' aimerais pouvoir me rendre sur  place pour y jouir de la vision de cette magnifique compétition, organisée de main de maître.

Christophe CAMPIGLIA

Cet interview est également disponible sur le site Internet de la Targa d'oro


Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales