En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Pentecôte Super 16 M1: Challamel triomphe face à Grail
le 10-06-2019
par Philippe Perroud
Rumilly ajoute le Pentecôte au Béraudier et Alassio

La finale n'a pas échappé à Rumilly... ni à la pluie! (Php)

Cette fois, la CRO n’a pas manqué son entame. Dans un duel se jouant boule à boule pendant les trois premières mènes, elle enchainait même la marque, point par point (3-0), grâce à son assise au point et à des tirs manqués par Jérôme Benoit. Mais la bascule menaçait, car si Chirat et Belay continuaient d’apporter leur force de frappe au tir pour Rumilly assuraient, Grail accusait un 2/6 qui avait un double effet : la nécessité d’une annulation de Percherancier, et l’entrée en jeu de Leiva-Marcon.
Mais même si la CRO enchaînait par une nouvelle marque portant le score à 5-0, la partie avait déjà commencé à pencher du côté de Rumilly. Alors que Persico montait en puissance au point, les tireurs demeuraient très solides alors que la CRO baissait de pied au point. En trois jets de but, Rumilly passait devant (6-5), et Leiva-Marcon n’apportait pas la stabilité souhaitée au tir.
Après son égalisation à 6-6, la CRO réintégrait Grail. La pluie quant à elle avait aussi refait son apparition, et cette finale avait donc encore tout à livrer à moins d’une demi-heure de la fin. Une marque de trois points tombait comme un couperet en faveur de Rumilly, qui récoltait là les fruits de sa régularité, et présentait en quelque sorte la note. Rumilly rajoutait deux points en ayant eu au passage cinq boules en mains et la possibilité de finir, mais cet avantage de 11-6 à deux minutes semblait décisif.
Mais encore fallait-il le préserver. Chirat conservait son quasi sans-faute au tir, terminant même sa fiche par un carreau en place, alors que la CRO ne parvenait pas à hausser le ton. Le dernier mot revenait à Belay dont l’ultime frappe scellait définitivement le sort de cette finale en faveur de Rumilly.
Sébastien Belay remporte ainsi son premier Bellecour, et Rumilly signe un troisième succès de prestige après le Béraudier et Alassio.
Challamel (Rumilly : Persico, Benoit, Belay, Chirat) bat Grail (CRO Lyon : Jarrige, Poyet, Percherancier, Grail) 13-6 (0-1, 0-2, 0-3, 0-3, 0-5, 2-5, 5-5, 6-5, 6-6, 9-6, 11-6, 13-6). Chiraty 21/22 3C, Belay 11/12 1 C, Benoit 4/76 ; Grail 4/8, Percherancier 8/10, 1 C 1B, Poyet 2/3 1C, Leiva-Marcon 4/8.

La joie des vainqueurs (Php)

Des demi-finales sous le déluge

Les conditions de jeu de ces demi-finales ont été dantesques. Les rares éclaircies n’ont guère laissé de répit aux boulistes. Cela n’a pas empêché de voir en première division des demi-finales intenses. On n’en attendait pas moins de la part de ce dernier carré, réunissant des formations chevronnées.


Grail revient de loin
Pourtant, la CRO aura pris cette demi un peu en retard, en prenant six points d’entrée, puis menée 0-8. Mais la messe était loin d’être dite, et en trois mènes, Grail et les siens avaient remis les pendules à la même heure que Baudot (8-8). Néanmoins, l’équipe de Romain Garcia imposait un  niveau de jeu qui lui permettait de reprendre les devants (12-8). La bataille faisait rage et Anthony Percherancier pouvait pester en voyant le but ne pas se perdre pour quelques centimètres. Cela allait profiter pourtant à la CRIO, Balaruc ne sachant pas profiter de la situation et laissant trois points dans l’affaire (12-11). Grail l’emportait sur le fil en prenant pour la première fois les devants à… 13-12.
« On a eu trop de boules manquées, on n’a pas appuyé quand il le fallait » regrettait Guillaume Abelfo. On a pourtant eu la chance ce bien débuter, mais je n’en attendais pas moins d’un adversaire comme Grail. C’est la partie la moins aboutie du week-end de e notre part, c’est dommage ».
De son côté Sébastien Grail reconnaissait que le but non perdu avait finalement été favorable : « Mais ils ont la boule de gagne pour le coup. C’est les boules. On a mal attaqué, c’est un peu notre péché mignon, malgré tout on a su rester en course ».

Un petit coin de parapluie, puis un coin de paradis pour Grail (Php)

Challamel au bout du bout
Dans l’autre demi-finale, il n’y aura pas eu de montagne russe au score, mais les deux équipes auront chacune eu leurs moments forts. Bien que vainqueur en fin de compte, Sébastien Belay regrettait ce manque de constance, sans se cacher derrière les conditions de jeu qui pouvaient expliquer des points laissés en route, des deux côtés. 
La partie a donc été un peu décousue, avec des performances cependant parfois intenses. Il a fallu aller au bout du bout pour connaitre le vainqueur, le but de la mène supplémentaire étant jeté au buzzer. Entré en fin de partie, Gérard Condro se trouvait en situation de devoir réussir un carreau pour… égaliser. Sa frappe réussie sera donc insuffisante pour Gobertier, mais côté Rumilly, on resdtait sur sa faim malgré ce succès qui ouvrait les portes d’une nouvelle finale. 

Rummily et Annecy riment avec pluie (Php)

Grail (CRO Lyon : Jarrige, Poyet, Percherancier, Grail) bat Baudot (Balaruc : Eymard, Ascensi, Garcia, Abelfo) 13-12 (0-6, 0-8, 2-8, 4-8, 8-8, 8-9, 8-9, 8-12, 11-12, 13-12). Grail 12/16, Percherancier 8/11 2B, Poyet 1/1 ; Abelfo 13/15, Garcia 6/8 1C.

Challamel (Rumilly : Persico, Benoit, Belay, Chirat) bat Gobertier (Annecy : Dubuis, La Posta puis Condro, Micoud, Reyne) 9-8 (1-0, 1-1, 3-1, 3-4, 3-4, 5-4, 5-6, 6-6, 6-6, 8-6, 8-6, 8-6, 9-6, 9-8). 



Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales