http://www.ffsb.fr/page.php?P=fo/public/front/instance/index

Partenaires
   


Actualité

David Piroux : "Un apport de jeunes en Super 16 cette saison"
le 11-02-2016
par Christophe Campiglia
En l'absence de son capitaine Christian Langloys, David Piroux a soulevé le trophée du Super 16 à l'issue de la seconde étape du Super 16, en janvier dernier à Saint-Egrève. Il avait été étincellant en finale, à l'image de sa quadrette, avec notamment un 4/4 sur des boules décisives au tir, à son poste de pointeur en second. Le Villibadois revient en interview sur cette victoire, à la veille de la troisième étape ce week-end à Mâcon.


Quel souvenir gardes-tu de la victoire en finale du Super 16 ?
Un très beau souvenir ! Surtout qu'au début de l'étape, nous partions avec des intentions moindres : Cédric Roche avait été malade pendant dix jours juste avant et nous partions avec beaucoup d'incertitudes.
Finalement, au démarrage, nous nous sommes aperçus que cela se passait très bien. "L'appétit vient en mangeant" comme l'on dit ! Au fil des parties, nous constations que le niveau de jeu montait. Au final, nous avons produit un jeu que je trouve assez remarquable tout au long du week-end. 

En finale, de l'extérieur, vous sembliez "dans la zone" : un état où l'équipe au complet était en réussite. Comment avez-vous vécu cela de l'intérieur ?
A titre personnel, j'avais l'impression qu'on avait une sérénité qui était vraiment exceptionnelle, on sentait que vraiment rien ne pouvait nous arriver. Ce n'est pas souvent que cela arrive mais sur cette partie, c'était impressionnant ! On n'avait pas besoin de beaucoup discuter entre nous, tout se passait super bien. Sur la tactique de jeu, il n'y avait aucun problème, on se regardait et tout coulait comme une eau de source. C'était une sensation vraiment impressionnante.

Nous avions déjà connu cela l'année dernière en finale à Feurs contre la formation Gobertier. Malgrè la défaite, avec Anthony Percherancier qui avait réalisé des prouesses au tir au but sur la fin, nous avions déjà ressenti ce type de sensation, je ne sais pas comment l'expliquer. Ce sont des sentations extraordinaires et étranges.


Cette année est beaucoup plus simple pour nous je trouve, car nous avons une équipe beaucoup plus complète. Avec l'apport de Franck Tignat et de Bertrand Sauchay, je pense que chacun joue à son poste. Nous restons dans une composition où Cédric Roche et Sébastien Belay ont leur poste attitré. Tout semble plus simple et c'est peut être ce qui a fait la différence.

Quand et où as-tu découvert les boules ? 
Ma découverte des boules est assez étrange : j'avais une dizaine d'années et j'étais en vacances chez mes grands-parents dans la Bresse, aux alentours de Bourg-en-Bresse. Je me promenais avec mon frère et il y avait un concours en double pour les jeunes, organisé par les sociétaires dans le village. A l'époque on parlait de "minines" et il manquait une équipe : les organisateurs nous ont demandé si on souhaitait participer. N'y connaissant rien, nous nous sommes dit que cela nous occuperait un petit moment. A la sortie, nous gagnons le concours sans jamais avoir touché les boules avant ! 

En rentrant de vacances chez mes parents, il y avait un clos de boules devant chez moi. Nous avons commencé à jouer aux boules avec mon frère à ce moment là, à Ambérieux-en-Bugey. J'ai y fait toutes mes classes avec David Martin, Olivier Jeanton,.... Quand le boulodrome a été construit, j'ai dévié sur Saint-Vulbas, club que je n'ai pratiquement jamais quitté.


Un de tes meilleurs souvenirs ?
Il y en a pas mal ! Mais un de mes meilleurs souvenirs restent une victoire aux Maîtres Joueurs, avec Christian Berthet, Daniel La Posta. Jean-Claude Delacalle.  J'avais 18 ans, j'étais un peu jeune. Evoluer avec ces joueurs, c'était un honneur, emporter la compétition à leurs côtés, c'est vraiment quelque chose qui m'est resté en tête. De temps en temps, Christian Pellet nous accompagnait aussi. Cotoyer des joueurs comme cela à mon âge, c'était fabuleux. Emporter cette compétiton où il y avait tous les costauds de l'époque, c'était terrible !


Ton regard sur le Super 16 ?
J'ai remarqué qu'il y avait un apport de quelques jeunes cette saison : Nicolas Bourrin, Thomas Allier, Nicolas Abelfo, Sébastien Belay. Les compositions se rajeunissent petit à petit, avec des joueurs d'une vingtaine d'année. L'arrivée de tous ces jeunes est une bonne chose pour le Sport Boules.

Quels sont les objectifs de la saison ? A commencer par Mâcon ?
Les objectifs, nous ne nous en sommes pas fixés particulièrement. On prend les concours les uns après les autres. Après, nous nous sommes dit : "on vient de gagner une étape, l'objectif est d'en gagner une deuxième !". Mâcon ? On va tout faire pour, nous sommes en pleine confiance alors on va essayer d'y faire quelque chose, ce serait bien !

Photos : Patrice Deymonnaz, Sport Boules Magazine et Christophe Campiglia

En savoir plus :

La troisième étape du Super 16 Masculin en direct de Mâcon sur Sport Boules DIFFUSION.

Revivre la finale du Super 16 de Saint-Egrève 2016 en "mène par mène" sur Sport Boules DIFFUSION.

Revivre la finale du Super 16 de Feurs 2015 en "mène par mène" sur Sport Boules DIFFUSION.



Info régionale

Régions :

Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales