http://www.ffsb.fr/page.php?P=fo/public/front/instance/index

Partenaires
   

Boutique

Actualité

Jean Pierre Ruillat : entre Béraudier et Super 16
le 18-01-2016
par Christophe Campiglia
A la tête de l'organisation du Béraudier 2016 il y a une semaine, il sera sur les terrains le week-end prochain, à l'occasion de la seconde étape du Super 16 à Saint-Egrève (38). Entre les deux compétitions, Jean Pierre Ruillat se dévoile : retour sur la 35èmé édition du Béraudier, évocation der la saison en première division, le président-joueur de Lyon Sport Métropole nous livre également une partie de son parcours bouliste.


Quel bilan tirez-vous de la 35ème édition du Trophée Charles Béraudier ?
Le bilan est bon : l'affluence a été exceptionnelle, il est possible que nous ayons battu des records d'entrée. Le public est venu en nombre le samedi et nous avons eu beaucoup plus de monde dimanche que les autres années : la tribune latérale, installée sur les jeux était pratiquement pleine,  il y avait aussi du monde des deux côtés des terrains. On peut estimer à 600 personnes le nombre de personnes présentes sur les deux jours, 

Le bilan sportif est également bon, nous avons fait carton plein. Peut être un regret avec les formations italiennes qui jouent rarement le lendemain. L'année dernière, elles étaient absentes de la journée du samedi, cette année, la BRB était présente en quart de finale mais cela s'est joué à peu de choses.


Le plateau et le niveau de jeu a été exceptionnel. Avez-vous le souvenir d'une aussi belle édition ?
Il est vrai qu'en remontant le temps, on a connu de grands moments. Je me souviens des équipes de France avec Avelange, Noharet... ou l'année où Sébastien Grail et Emmanuel Bilon l'emportent avec Montpellier : Sébastien Grail a la boule en seconde barre avec un "tapé gagné et trou perdu"...ou encore la présence du double italien Amério / Suini, cela ne faisait pas rire !

C'est d'ailleurs dommage que l'on ne puisse pas mettre les périodes antérieures au présent : imaginer une confrontation Amério / Suini à l'époque où elle jouait contre les Slovènes, ce serait fantastique à voir !

Cette année, nous avons eu une finale dominée par les Slovènes, par rapport à l'année dernière où la confrontation face à la France a été plus intense. Pour les parties du samedi, je n'ai pu les suivre que partiellement alors je ne me rends pas bien compte. Mais j'ai vu des gens enthousiasmés par l'équipe slovène ou encore par le jeune Sébastien Leiva-Marcon.


Comment avez-vous découvert les boules et quel a été votre parcours de bouliste et de président ?
Dans les années soixante, dans nos campagnes, nous n'avions que cela : le grand-père jouait, les parents jouaient, alors nous, on faisait pareil. J'étais dans les Monts du Lyonnais. J'ai commencé à jouer à quatorze ans en cadet. J'ai connu un Tournoi de Pentecôté où j'ai joué contre Andréoli qui était alors cadet. Il devait avoir deux ans de plus que moi. Il gagnera le Béraudier en 1982 et 1983 avec Paolo Notti ! 

J'ai ensuite rejoint le club de Charbonnières où j'ai joué avec Bernard Esparron. Puis ma première licence avec l'Ascul en 1978. Depuis je n'ai pas bougé. J'ai beaucoup joué avec René Lapierre, l'ex-président, Roger Dreyfus et René Boursier. J'ai pris la présidence en 1999, sans cesser de jouer en national, en faisant l'accordéon entre la première et la seconde division.

Comment cela se passe t'il pour cette nouvelle saison en première division ?
Nous avions terminé quatrième la saison dernière : une saison mal engagée où nous avons laissé des points en route mais qui s'était bien terminée, avec la montée en première division. Pour l'instant, même si nous avons disputé peu de concours, avec des quarts et demis finale, nous sommes onzième au classement. A Charnay-les-Mâcon, nous avions atteint les demi-finales en gagnant trois parties, mais notre résultat ne sera pas pris en compte, en raison des évènements du 14 novembre. Nous aurions pu gagner deux / trois places. Cela se passe pas trop mal en fait. Le jeune Thomas Allier nous a rejoint cette année et est bien rentré dans l'équipe. De week-end en week-end, il progresse bien.


Quel objectif pour la seconde étape du Super 16 de Saint-Egrève ?
Nous verrons déjà le tirage au sort ! A Andrézieux-Bouthéon, nous pouvions penser à une poule abordable mais nous ne nous en sommes pas sortis. L'étape en Isère devrait être corsée avec un tirage encore plus difficile. Ce sont les boules qui parleront sur le terrain.

Photos : Jacky Galliot.

En savoir plus :

Revoir l'intégralité du 35ème Trophée Charles Béraudier sur Sport Boules DIFFUSION.

Revoir la finale Slovénie contre Annecy du Béraudier 2016 sur Sport Boules DIFFUSION.

Jean Pierre Ruillat en finale du Grand Prix de Bagnols sur Cèze en 2013 sur Dailymotion.



Info régionale

Régions :

Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales