En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Les 3 Glorieuses 2015
le 08-09-2015
par Fabien Amar
Traditionnellement inscrit au calendrier le dernier week-end du mois d'octobre, le concours des "Trois Glorieuses" va connaître en 2015 sa 26ème édition. Avec un quart de siècle d'existence, le rendez-vous s'est rendu incontournable dans le calendrier national, avec une spécificité unique en France : un 1024 tête à tête réservé aux joueurs de quatrième division.

L'édition 2015 affiche un objectif ambitieux, que nous présente Dominique Chevallet, président de la Boule Rupéenne.


4 Présidents de la boule rupéenne réunis

D'où vient l'expression "les Trois Glorieuses" ?

Chacune à sa manière, trois figures ont fait connaître Saint-Chef sur le territoire national et même au-delà. L’écrivain dramaturge Marius Riollet, le comédien Louis Seigner, Doyen de  la Comédie Française, tous deux natifs de Saint-Chef et enfin Frédéric Dard, dit San Antonio, le célèbre écrivain, enterré dans le nouveau cimetière de Saint-Chef, ont tous les trois connu leurs heures de gloire.

Quand le Grand Prix Bouliste, en plein essor, est passé d’une durée de deux à trois jours, le Président Jeannot Nesme, associant l’histoire culturelle de Saint-Chef au sport, a baptisé cette manifestation  « les Trois Glorieuses ».

Situé en bordure des axes autoroutiers Grenoble/Lyon et Lyon/Chambéry, Saint-Chef est distant de Bourgoin-Jallieu de 14 km. Vous l’aurez compris, l’accessibilité des « Trois Glorieuses » est aisée pour rendre hommage aux célébrités ou pour pratiquer le Sport-Boules.

Comment est née la compétition et comment a-t-elle évolué dans le temps pour devenir ce rendez-vous apprécié des joueurs de 4ème division ?

La première édition du tête-à-tête 4ème division a vu le jour en 1990 sous la présidence de Jo Guillaud, pour permettre aux licenciés « sans grade » de jouer à leur niveau sur le modèle des compétitions fédérales, qualificatives pour les championnats de France. Face à une demande croissante, les équipes dirigeantes successives de la Boule Rupéenne se sont données les moyens d’augmenter la capacité de ce concours.


3 Vices Présidents

 Les nombreuses aides et investissements des communes de Saint-Chef, Salagnon et de la Communauté de Communes des Balmes Dauphinoises, ont largement contribué à cette évolution. La dynamique des bénévoles et l’engagement des partenaires ont suivi les mêmes tendances que le nombre d’engagés. Depuis 25 ans, la route a été longue mais les mécaniques avaient été bien rodées !

840 joueurs en 2013, 920 joueurs en 2014, quelle a été la plus grosse participation et quel est l’objectif pour cette année ?

Le premier 1024 a été inscrit au calendrier en 2007. L’affluence a toujours été supérieure à 800 avec un pic en 2010 : 1040 inscriptions ont été reçues. Malheureusement, avec une quarantaine de défections, seulement 1000 joueurs se trouvaient au top départ.

L’objectif pour cette année est d'apporter une réponse adaptée au mille-vingt-cinquième joueur pour lui signifier que la Boule Rupéenne est absolument désolée de ne pouvoir retenir son inscription.


Les finalistes du F4 en 2014

Le concours principal porte le nom de « Francisque Barbier ». Qui était-il ?

Francisque Barbier était un passionné de la lyonnaise. Bon tireur, il s’affirmait aussi bien en tête-à-tête qu’en quadrette avec ses compères André Charvet, Maxime Bastianon et Marcel Claret. Deuxième Président de la Boule Rupéenne,  « Cicique » comme on l’appelait, a aussi été conseiller municipal de Saint-Chef.
Il a contribué à la construction du boulodrome en 1989. Chasseur, pêcheur, ramasseur de champignons,  c’était un homme proche de la nature. En tant que Président d’honneur, il avait été le créateur de ce concours 4ème division.

Il est décédé en 1995, quelques jours après la 6ème édition de son  concours.

Le simple 4ème division reste le concours phare, mais les « Trois Glorieuses » sont-elles de véritables fêtes boulistes ?

Avec systématiquement plus de 350 engagés sur le Simple TD doté du challenge « Jo Bouvier », les « Trois Glorieuses » permettent ainsi aux spectateurs de suivre des parties de haut niveau, dans la continuité du concours international de Thuellin le week-end précédent.


Mme Bouvier lance le but de la finale du TD, challenge de son mari

Les concours en double, où s’inscrivent principalement les perdants du samedi et dimanche matin, les doubles féminins, propagande en F4 et nationaux en F2 et en F3, les concours jeunes complètent le programme. A Saint-Chef chaque licencié a sa place, chacun contribue à la réussite de cette fête populaire . . . et bouliste.

Interview : Christophe Campiglia
Photos : Dominique Chevallet

En savoir plus :

Le site de la boule rupéenne à partir de ce lien.

Télécharger le bulletin d'inscription à partir de cette page.

Découvrir la ville sur Saint-Chef.fr.


Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales